Création artistique et technique

Mélanie Daniels

Claude Schmitz crée Melanie Daniels, du nom du personnage qu'interprétait Tippi Hedren dans Les Oiseaux d'Hitchcock, et que tient à présent une certaine Kate Moran. On est entraîné avec elle, peinant à quitter son rôle, sur un plateau de tournage où règnent désordre et confusion. Mystère et calamité, fantasme et réalité ne cessent de se fondre dans un spectacle attaché plus à la sensation qu'à la signification et, partant, ouvert à toutes les lectures. Grand guignol et burlesque s'immiscent dans un tableau foisonnant, où tombe une goutte têtue, où un canapé traverse le sol, où un téléphone sonne... Un monde en miniature dont Boris Dambly signe la scénographie. Arieh Serge Mandelbaum et Judith Ribardière le secondent pour les accessoires, sous les lumières de Philippe Orlinski, et avec l'appui de la musique et des sons créés par Thomas Turine. On n'oublie pas les costumes de Marie Guillon Le Masne, les maquillages de Zaza Da Fonseca, ni naturellement la direction technique générale de Fred Op De Beeck, qui contribuent à faire de Melanie Daniels un millefeuille foutraque et souvent passionnant.

Création à la Balsamine, Bruxelles. Coproduction du Kunstenfestivaldesarts.

Michel Dupont

La force du conte qui, pétrissable à l’infini, mène aux tréfonds de la cruauté humaine, s'impose dans Michel Dupont et mène à sa troublante modernité. Des princesses d’hier enfermées dans leur tour aux jeunes filles de nos jours, qu'elles s'appellent Sabine Dardenne, Natacha Kampusch ou Malika Oufkir, séquestrées, des années durant parfois, au fond d’une cave, rien n’a vraiment changé. Voilà ce que raconte, dans le noir presque absolu, la voix off de Michel Dupont qui, peu à peu, mène le spectateur, forcément tout ouïe, dans l’imaginaire d’une fillette privée de lumière, d’eau, de nourriture, de contact sinon, celui, en plein délire, d’une rate venue lécher la plaie de la fillette. Placide et distanciée, celle-ci décrit pas à pas son long chemin vers un état de plus en plus sauvage en passant par la peur, l’incompréhension, la solitude, la soif et même le pardon. Michel Dupont explore avec finesse l’enfermement et la force vitale de l’imaginaire dans ce genre de situation. Derrière la simplicité formelle de l’objet se cache une réelle complexité. Pour nous mener à l’aveuglette, Anne-Cécile Vandalem a tourné un long-métrage dont nous ne percevons que le son. (L.B.)

Michel Dupont. Réinventer le monde d’Anne-cécile Vandalem, mise en scène d’Anne-Cécile Vandalem. Création le 7 juillet 2012 à la Manufacture – Festival Off d'Avignon. Production : Théâtre de Namur, Théâtre de la Place, Théâtre National, Le volcan, Le Granit, Das Fräulein.

Vision

Vision, de Pierre Mégos, c’est un peu Hollywood qui s’invite au théâtre. A moins que ce ne soit l’inverse. Sur scène, un homme agit. Sur l’écran, en simultané, ses gestes sont reproduits, mais dans un tout autre univers. L’effet, simplissime en apparence (on fait des merveilles avec un « blue key », du nom de ce procédé qui permet de changer le fond filmé pour insérer un autre au second plan), nécessite pourtant une minutie de chaque instant. Passant du passé au futur, d’un plan à l’autre, Pierre Mégos dévoile en outre un « savoir-faire d’univers singuliers ». Saluée comme une « création théâtrale à part entière pour ceux qui n’aiment pas le théâtre », Vision impressionne en tous cas par sa précision. (A.Ni.)

Vision de et par Pierre Megos. Une production de Mothership asbl, en coproduction avec la Balsamine avec l'aide du Service général des Arts de la Scène de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Service Théâtre et le soutien du WBTD (aide à la diffusion). Reprise à la Balsamine du 25 février au 1er mars.